Trouville. Dans son atelier, il (re)donne vie au bois par passion

À 50 ans, Alexandre Dallant travaille le bois en parallèle de son activité de directeur artistique. Ses créations sont faites dans le respect de la matière, à partir de meubles de récupération.

Dans son atelier, Alexandre Dallant, 50 ans, redonne une seconde vie à du bois qu’il récupère.
Dans son atelier, Alexandre Dallant, 50 ans, redonne une seconde vie à du bois qu’il récupère. | OUEST-FRANCE

Afficher le diaporamaOuest-France  Mathis PIVETTE.Publié le 20/12/2019 à 18h59Journal numérique

Alexandre Dallant, 50 ans, officie comme directeur artistique en freelance depuis près de trente ans. Dès qu’il peut s’extirper de son travail auprès d’agences publicitaires parisiennes, il vient trouver refuge dans ce qu’il aime appeler sa « bulle » : un petit atelier de 40 m2, planqué à l’extrémité du parc d’activité de Trouville-Hennequeville.

L’atelier d’Alexandre Dallant est rempli de pièces de bois qui ne demandent qu’à connaître une seconde vie. | OUEST-FRANCE

Depuis près d’un an et demi, c’est ici qu’il assouvit une passion d’une vie : travailler le bois. « Je me suis dit que si, à cinquante balais, je n’arrivais pas à faire ce truc dont je rêve, je ne le ferais jamais. »

Habitué « à faire plusieurs choses en même temps », comme gérer un label de musique pendant quinze ans, il cesse d’hésiter. En avril 2018, il crée Moody Woody, la microsociété qui va lui permettre de concrétiser ses envies.

Cercle vertueux

Dans son atelier, Alexandre Dallant donne forme à sa créativité en fabriquant de toutes pièces tables, commodes, lampes et autres étagères. Mais, plus important encore, il donne une seconde vie au mobilier devenu indésirable aux yeux de ses propriétaires.

Alexandre Dallant fabrique tables, commodes, lampes et chaises, principalement à partir de bois récupéré. | DR

« J’essaie de respecter un cercle vertueux qui est d’acheter le moins de bois possible, car quand on aime le bois, on aime les arbres, et donc on ne veut pas les voir partir, théorise l’artisan. J’essaie de jeter le moins possible, de toujours trouver quelque chose à faire avec un bout qui reste », poursuit-il en prenant comme exemple une souche de chêne qu’il devrait bientôt transformer en table de nuit. « Ça fait une matière première moins chère et surtout, je ne gaspille pas. »

« Une distraction récréative »

Appuyé sur son établi, Alexandre Dallant insiste : Moody Woody existe pour lui permettre de respirer, loin du monde de la pub. « Ici, j’écoute ma musique, je coupe mon téléphone, confie-t-il. C’est une distraction récréative, ce n’est pas de ça dont je vis. Ce que j’arrive à vendre me permet de payer le loyer de l’atelier et les outils. »

Pour pleinement satisfaire sa passion, le jeune artisan va à son rythme. « Si je me plante, ce n’est pas grave, je recommence. C’est tout l’intérêt de travailler sans commandes. »

Dans son atelier, Alexandre Dallant, 50 ans, redonne une seconde vie à du bois qu’il récupère. | OUEST-FRANCE

Les pièces en bois d’Alexandre Dallant, meubles comme objets de déco, sont en vente sur le site de l’entreprise, et à la boutique de décoration Rêve !, rue Gambetta, à Deauville.

Son travail sera également visible et proposé à la vente au marché de Noël de Deauville, à l’hippodrome de Deauville-La Touques, samedi 21, dimanche 22 et lundi 23 décembre.

Moody Woody , entreprise de fabrication artisanale de meubles, parc d’activité de Trouville-Hennequeville. Contact : tél. 06 80 14 89 23, du lundi au vendredi, de 10 h à 19 h. Boutique en ligne sur moodywoody.fr